webocube

Responsable référent / Tutorat

Formation de responsable référent. Cursus empruntant au compagnonnage :

Pour qui ? 
Tout collaborateur, expert dans son métier, désirant se préparer à transférer des connaissances à un nouvel arrivant, sur ce métier, dans son entreprise, essentiellement par la pratique en situation. Ceci en termes de savoir, savoir-faire, savoir-être, et motivation(s) de l’apprenant.

Comment ?  

En 3 phases :
1    > Audit du poste concerné, 
par le consultant, l’expert référent, sa hiérarchie.
Elaboration conjointe de la fiche de poste, sa place et rôle dans l’organigramme.
Aperçu des valeurs de l’entreprise, de sa culture, des savoir-être appréciés.

2    > La mise en forme.
Traduction de la fiche de poste en objectifs pédagogiques en terme de compétences techniques et humaines à évaluer, acquérir, adapter. Formalisation d’un parcours.
Rédaction d’un échéancier réaliste impliquant la hiérarchie du service et de l’entreprise, avec :
rôle de chacun, points d’évaluation, entretiens d’échange, bilans intermédiaires, et final.
Formalisation des prérogatives du référent, moyens accordés, et temps de détachement d’encadrant.

3    > La mise en œuvre.
Les 2 étapes précédentes permettent de déterminer un parcours de formation efficace, et attendu, pour le futur référent, qui est impliqué dans le processus. Des éléments de communication, pédagogie, organisation et encadrement forment nos modules. On va ainsi construire sur mesure le cursus du futur tuteur en fonction des besoins détectés en phases 1 et 2 du parcours.
On construit sa formation, sur 2 à 4 jours selon les cas, par sessions de ½ à 2 jours selon disponibilités.

Les modules constituant la formation de responsable référent :
Construction « à la carte » afin de coller au mieux aux attentes et réalités du terrain.

COMMUNICATION :

  • Principes généraux, et applications dans le métier
  • La transmission du message et ses aléas…
  • Préférences cérébrales, motivations, actions : les liens
  • Neurocognitivisme et métier : quelle partie de moi décide quoi
  • L’explicite et le tacite : le langage dans la culture
  • Compréhension et gestion des stress dans la relation

 

PEDAGOGIE :

  • Principes généraux, liés à la démarche de compagnonnage
  • Méthodes pédagogiques liées à la mise en situation professionnelle
  • Savoir, Savoir-Faire et Savoir-Être : de l’expérience au transfert de compétences
  • Forces et contraintes de la démarche compagnonnage
  • Fil conducteur et « ficelles du métier »
  • Les profils d’apprenants et leurs modes d’acquisition
  • Evaluer sans dévaluer, et pédagogie par objectifs

 

MANAGEMENT :

  • « Les jeunes » : de Socrate à la « E génération »
  • Les différentes formes d’intelligence et leurs interactions
  • Votre entreprise, ses codes et sa culture
  • L’accompagnement au quotidien
  • La relation de pair, pas de père
  • Le rationnel, l’émotionnel et l’affectif
  • Les styles de management : application au métier

 

ORGANISATION :

  • Le plan d’accompagnement, sa mise en œuvre
  • Le « parcours d’intégration » du compagnon dans l’entreprise
  • La gestion de son (ses) temps : aléas, priorités, urgences
  • Gérer ses contraintes métier, en plus du parrainage
  • Implication et rôles des managers directs, indirects, responsables RH, et collègues.

 

Points forts du dispositif :

L’expérience parle : animation par 2 intervenants l’ayant vécu entre eux en entreprise.
La modularité : adaptation à la situation exacte et culture de chaque entité, publique ou privée.
Parcours en 3 phases : implication de tous les acteurs concernés, condition impérative d’efficience du processus, pour le tuteur ET le tutoré.
Financier : possibilité d’aides via votre OPCA, et fidélisation du recruté, double avantage.



Quel coût ?
Tout dépend de la durée du montage final et de l’effectif… Des remboursements sont possibles via votre OPCA… Nous pouvons les contacter  pour vous, bien-sûr.
Un remboursement pouvant aller jusqu’à la totalité des coûts de formation sur place est possible via certains OPCAs, et selon les profils formés. C’est à évaluer au cas par cas.